Le récit pathétique d’un enfant volé par une femme

Je me nomme Ousmane et Alpha. Ça va vous étonner mais ce sont mes noms. J’ai eu la chance d’être baptisé deux fois.
Le jour de mon baptême, elle est venue assister sans être invitée ni être de la famille. Après la cérémonie, elle revient la soirée demander mon père de la laisser passer la nuit jusqu’au matin. Mon père pensait, qu’elle voulait voler les habits qu’on a envoyé pour ma maman. Le papa a pris toutes les dispositions pour garder soigneusement les biens qu’on a offert pendant la cérémonie. Il a dit à la femme d’aller dormir avec ma maman. Ainsi, ma maman et elle ont passé la nuit ensemble jusqu’ à l’aube, pendant que maman dormait, elle me prend et quitte la maison sans que quelqu’un ne le soupçonne.
Elle part chez son frère à Gbessia pour le dire qu’elle a accouché. Ainsi, son frère l’a dit d’aller chez son mari pour lui informer de la nouvelle. Un mari qui avait trois femmes mais qui n’avait aucun enfant. Quand la femme est allée, le monsieur a accepté l’enfant parce qu’il en avait besoin et il a fait mon baptême à son tour, il me donne le nom d’Alpha tant disque mon premier baptême, on m’a donné le nom d’Ousmane, c’est ainsi je me suis retrouvé avec deux noms.
Chez le frère de la dame à Gbessia, les voisins ont soupçonné que la femme a volé l’enfant et le petit frère de mon père était dans le même quartier que le monsieur. C’est en ce temps, que ma famille a alerté la gendarmerie qui est descendue chez le frère de la dame à Gbessia. On l’a demandé après sa sœur, il était obligé de montrer où se trouve sa sœur . Mais on ne sait pas par quelle miracle elle a compris que la gendarmerie vient chez elle à Tombolia. La dame a pris la fuite avec moi vers le Sénégal.
Ils ont pris le mari de la femme et son frère après les interrogations, le mari a été libéré et le frère jugé et condamné pour 5 ans . Après deux ans en prison, il arrive a convaincre mon papa. Il lui promet quand il sort, il fera tout pour retrouver sa sœur et me ramener . Mon vieux a accepté la doléance et le monsieur est libéré . Pendant ce temps, ma maman ne faisait que pleurer à cause de moi. Tout de même, le frère de la dame continue à mener ses enquêtes. Mais chaque fois qu’il partait chez mes parents à Wanindara pour les rassurer toujours de sa promesse.
20 ans après, c’est-à-dire de 1995 à 2016 , il a eu les nouvelles de sa sœur, elle est au Sénégal avec moi et je me porte bien. Il arrive a convaincre sa sœur pour qu’elle me ramène chez mes parents biologique. Elle a fini par accepter la proposition de son frère, ce qui devait l’occasion à ma mère biologique de me voir. Mais je vous dit moi, durant toutes ces années, je n’ai jamais pensé d’avoir une autre maman, à part celle qui m’a élevé, c’est elle que je connais comme maman.
Mon oncle, c’est-à-dire le frère de ma mère adoptive est reparti voir mes propres parents à Wanindara pour les rassurer toujours son engagement. En 2017, ma mère adoptive et son frère décident de me ramener à Conakry, afin de me rendre à mes parents biologiques. C’est comme ça qu’on est venu à Conakry. Ma mère adoptive avait construit une maison à Conakry pendant qu’on était à Dakar, car ses affaires marchaient bien. On m’a dit que je venais pour les vacances et que je devais me retourner après.
Ma mère adoptive a décidé qu’elle ne va pas se rendre chez mes parents biologiques, car elle ne va jamais se voir avec ma mère biologique. Comme ça, elle se retourne au Sénégal et laisse la charge à mon oncle de me rendre aux parents. Je vous assure jusqu’à présent, je ne savais rien de tout ce feuilleton. Mon oncle part, une nouvelle fois voir mon père biologique toujours pour le rassurer de sa promesse. Mais cette fois ci, mon père lui dit « monsieur aujourd’hui tu vas me montrer mon enfant, sinon tu te retourneras en prison, car dans la même semaine, c’est la deuxième fois que tu viens me voir : où est mon enfant ? ».
C’est ainsi que, mon oncle a informé à mon vieux qu’il sait où je suis. Il dit qu’il est même prêt pour me faire venir, si mon père accepte. Ils ont programmé la cérémonie de ma remise le lendemain, mais mon père a décidé que ce soit devant les autorités du quartier et à l’insu de ma mère biologique, car elle risque de faire une crise si elle entend la nouvelle.
Le lendemain mon oncle me dit Ousmane accompagne moi à Wanindara, on ne va pas durer. J’ai accepté sans hésitation, car depuis que je suis venu, je suis toujours à la maison parce que je ne connaissais personne. Donc c’était une occasion pour moi de visiter les quartiers de Conakry.
Arrivé chez mon père , je vois beaucoup des gens assis qui me regardaient comme si je suis un extra terrestre. Au fur et à mesure je promenais mon regard, je voyais des gens avec qui je ressemblais beaucoup.
Après une demi-heure, mon oncle me présente à mon père qui à son tour me présente au chef de quartier et les voisins. C’était une sorte de film dans ma tête, comme si je rêvais. J’ai crié à la trahison. Vous m’avez trahi, vous voulez me vendre aux gens oncle ? Je vais aller chez ma maman à Dakar, ça ne marchera pas. Je le disais en wolof mélangé à du poular, après avoir su ce qu’on me cachait depuis 21 ans.
Quand on m’a maitrisé, mon vieux a dit à mon oncle de repartir avec moi d’abord. L’essentiel est acquis, on sait maintenant qu’il est vivant, ramène lui, chez sa mère à Dakar. C’est ainsi ma maman m’a envoyé un billet d’avion, je me suis retourné à Dakar. Ma maman adoptive m’a demandé pardon parce qu’elle m’a caché durant toutes ces années ce secret et aussi parce qu’elle m’a arraché tout petit à mes parents. Elle a mis mon nom sur tous ces biens à Dakar et à Conakry. En 2018 ma mère adoptive décède et je vois le monde s’arrêter . Ma maman faisait tout pour moi. J’étudiais dans les meilleures écoles, je m’habille comme un petit parisien et je ne mange que ce qui vient des supérettes mais face à la volonté de Dieu, on ne peut rien. Mon oncle quitte Conakry et vient me trouver à Dakar pour partager les biens de sa sœur. Je vous avoue que la justice sénégalaise a joué son rôle dans ce partage entre la famille.
Chers frères et sœurs, en âme et conscience je ne vais pas dans la famille de mes parents biologiques. Je ne dis pas cela, parce que je suis riche ou quoi mais selon mes analyses, Dieu a voulu que je quitte cette famille dès après mon baptême. Donc je reste derrière la volonté de Dieu. J’aime ma mère biologique, j’aime également mon vieux père, car c’est grâce à eux que j’ai connu ce monde mais je suis désolé.

Saidou Diallo 00224664379620