Le Boutonrouge: le professeur Alpha Condé n’a surtout pas compris que l’on ne peut pas diviser un tout dont on fait la moitié…

Si jamais le professeur Alpha condé, avait compris que l’on ne peut pas diviser un tout dont on fait la moitié, Oyé Guilavogui n’allait jamais devenir ce sous-dictateur avec un droit absolu de stigmatiser la population de Bambéto!
Le pouvoir du professeur Alpha Condé teinté de division, de diversion, de démagogie et de corruption interroge et inquiète.
Car malgré l’obtention de son troisième mandat illégitime, il sera pour lui très difficile de recoller les morceaux de verre qu’il a eus à casser pendant ces dix dernières années.
Les événements douloureux, meurtriers de Macenta en région forestière ces derniers jours sur fond de xénophobie et le discours haineux et aberrant d’un de ses sous-dictateurs du nom de Oyé Guilavogui sur la terre bénie de Bambéto à Conakry en sont une illustration parfaite.
Ceci démontre, que sous l’ère d’Alpha Condé pour atteindre le sommet de l’Etat, il suffit juste d’être un propagandiste, propagateur de la haine et de la division.
Donc être capable de se mouvoir dans la médiocrité comme Mr Oyé Guilavogui, c’est à dire faire preuve d’une déficience intellectuelle et morale et surtout être inférieure en lui dans la vertu mais pire dans le vice.
En dix ans, le professeur Alpha Condé n’a surtout pas compris que l’on ne peut pas diviser un tout dont on fait la moitié…
Lorsque cette division engendre la colère qui a son tour engendre la haine au sein d’une nation, il faut en ce moment faire usage de l’écoute et de la compréhension bienveillante pour panser les plaies déjà trop nombreuses et béantes dans ce pays qui est la Guinée. Car l’union des contraintes, des différences demeurent le secret de toute nation réussie. Et l’écoute, la tolérance et l’empathie sont la loi maîtresse d’une nation qui se veut unie et solidaire.

En effet, la politique de diviser pour régner, dans le contexte africain, compte tenu de son passé colonial avec des frontières arbitraires, dans le seul but de diviser pour régner; devrait être bannie par tout homme politique africain ambitieux, progressiste, visionnaire qui veut faire de son pays une vitrine du développement économique en Afrique et ailleurs.

Mais le président Alpha Condé peine à le comprendre et c’est pourquoi il avait sans relâche tenu pendant ces dix ans de règne de discours teintés de haine, de division. Son discours tenu à Kankan ou encore à Boké en font foi.

Pour le fugitif de Pinné, la ruse, la force, la haine doivent être la source de son pouvoir. Il ne doit régner qu’à condition de diviser. D’où l’existence de personnes nuisibles autour de lui.
Or, l’énergie que lui et son entourage continuent encore à fournir pour effriter les partis politiques, la société civile guinéenne, les organisations syndicales, pour diviser le peuple de Guinée, stigmatiser une partie de la population guinéenne, encourager la corruption et l’injustice; pour soutenir la propagation de la bassesse politique à l’image de ces jeunes gens devenus aujourd’hui des boucliers pendant les campagnes électorales ou encore des caisses de résonance pour injurier ou s’attaquer à des adversaires politiques; devrait en temps réel être utilisée pour construire la Guinée, réconcilier les guinéens avec leur passé, poser les jalons d’un système économique émergent, performant et un système démocratique fiable et consolidé.

Ainsi, ces actes positifs mettront fin à la désorganisation du système de santé, de l’éducation, à l’engorgement des hôpitaux, des écoles publiques, des perturbations importantes de la vie sociale, économique et politique.

Cette énergie négative transformée en énergie positive, fera de la valorisation des cadres intègres, de la compétence, de la culture politique et citoyenne, le patriotisme, la rigueur, l’intransigeance leur seul arme.
Et ces valeurs guériront tous les maux dont souffre la Guinée tels que la corruption, l’injustice, l’arbitraire, la division, l’ethnocentrisme politique et allait surtout débarrasser l’État guinéen de tous ceux qui ne brillent que par la démagogie, la propagation de haine et de la division, de la médiocrité.

Mieux, la grande majorité des guinéens allait adhérer aux idéaux du président Alpha Condé aujourd’hui à l’image de Paul Kagame. Et il n’aurait jamais eu besoin de faire recours à un coup d’état constitutionnel pour se pérenniser au pouvoir.

Raison pour laquelle, aucun président ambitieux n’a intérêt à diviser son peuple, car dans l’unité on peut faire déplacer même les montagnes.

À l’évidence, plus le temps passe M. le président Alpha Condé, plus votre attitude devient révélatrice de la faillite d’un État guinéen escroc qui évolue entre perfidie, machiavélisme, destruction de la société guinéenne pour le bonheur d’une seule personne, d’un clan usurpateur avec un pouvoir sans morale donc une sorte de ruine sociétale.

Mais pas étonnant que vos échecs soient plus nombreux que vos succès, du moment où la plupart des gens qui vous entourent sont à l’image de Mr. Oyé Guilavogui.
Et ces gens sont là depuis l’indépendance. Une indépendance plus ou moins mal gérée, puisque l’élite guinéenne ne fait que repousser les erreurs et les sources morales de ses erreurs.
Elle refuse surtout de se poser les bonnes questions pour trouver les solutions appropriées.
Et pourtant la cataracte qui voile nos yeux serait mal opérée, si l’on se bornait à la diviser sans l’extraire; car le plus léger mouvement pourrait la replacer devant notre vue.

Alors tant que l’on ne se pose pas les bonnes questions pour trouver les solutions adéquates; tant que nous n’avons pas une élite intègre et consciente à la tête de l’État guinéen, ce pays ne connaîtra jamais l’émergence.
Car un État est le résultat et surtout le reflet de ceux qui le gèrent.

Ainsi nous continuerons toujours à avoir tant de vagues et de fumée dans le ciel guinéen, qu’il serait impossible de distinguer le noir du blanc et l’énergie du désespoir. Surtout que dans ce pays l’on ne sait pas ce que l’on veut, pour ensuite avoir le courage de le dire et ensuite avoir l’énergie de le faire.

Alors, vertueux enfants de Bambéto, cette terre bénie de la Guinée, ce berceau de la lutte contre l’obscurantisme, l’oppression, le despotisme vous êtes bénis!

Car la bénédiction venant du Créateur ne saurait être l’œuvre d’un béni-oui-oui content d’être l’escamotable d’un despote !

Aissatou Chérif Baldé.

Bonne fête de fin d’année et soyez bénis !!!!